Cimetière américain de Colleville-sur-Mer, Normandie
Cimetière américain de Colleville-sur-Mer, Normandie. Crédit photo: culturezvous.com
NEWSLETTER

Français     English

Share this

La bataille a mobilisé 1.500.000 hommes, desquels 150.000 faisaient partie des troupes de débarquement. Mais nous a t’on dit toute la vérité et rien que la vérité sur cet épisode de la deuxième guerre mondiale ?

Je ne crois pas.

Le fait que les américains ont pris part à cette bataille a contribué à l’intéressement de Hollywood, avec de nombreux films. Et pour que les films soient intéressant, on a été obligé de repeindre l’histoire, de nous raconter une autre histoire.

Premièrement, avec ou sans le débarquement, la chute du 3ème Reich était actée, vues les très nombreuses pertes sur le front russe et surtout que les russes avaient décidé de prendre Berlin et l’ont fait sans les Alliés.

Mais en dehors de la dimension spectaculaire hollywoodienne débarquement, souvent loin de la vérité, il y a autre chose qui ne figurent pas dans les livres d’histoire. Tout au moins, pas en Occident, ni aux USA, ni en Europe. Et pour cause.

5- Mensonge par omission

En avril 1944, quelques semaines avant le débarquement des troupes anglo-américaines sur les côtes Normandes dénommée « Opération Overlord », il fut décidé de lancer une autre opération, celle là dénommée « Opération Tiger » dont le but était de servir d’exercices sur des plages britanniques semblables à celle françaises choisies pour le débarquement à venir, pour tester les hommes et les appareils.

Un bataillon entier se trompa de destination et se dirigea vers les côtes françaises où les attendaient les soldats allemands. Pris de paniques, la plupart des soldats de ce régiment se jetèrent à l’eau, alors qu’ils ne savaient ni nager, ni même comment utiliser le gilet de sauvetage.

Ajouté à ce cafouillage la malchance qui fait qu’au mois d’avril, l’eau de la Manche est glaciale et qu’aucune être humain même muni d’un gilet de sauvetage ne peut survivre plus de quelques heures, on arrive au bilan effroyable de 639 morts noyés.

Lire aussi / Also read
Élection présidentielle française: comment le Capital a mis en scène un semblant de démocratie

Ce fiasco qui reste l’un des plus retentissants de l’histoire des exercices militaires, curieusement ne figure dans aucun livre d’histoire, parce que tout a été fait pour que cette stupide tragédie soit oubliée.

Ses auteurs y sont parvenus en faisant taire les rescapés, en nettoyant les archives militaires qui font que même l’exercice lui-même résulte de n’avoir jamais eu lieu. Il a fallu attendre le courage des journalistes qui en on tirés un documentaire diffusé à partir de 20 heures 40’ du 4 Mai 2006 par la chaine culturelle germano-française ARTE.

La question la plus intéressante est certainement celle de savoir pourquoi cet acharnement à nettoyer les traces des événements aussi tristes soient-ils, mais qui font partie de la deuxième guerre mondiale ?

Pour répondre à cette question, il nous suffit de nous poser une autre question, celle de savoir qui était ce cancre qui commandait cette funeste opération ? Et la réponse à elle seule suffit pour comprendre les raisons d’une telle omission de l’histoire. A guider ce fiasco était celui que les livres d’histoire nous présentent comme le héros de la deuxième guerre mondiale, le Général Dwight D. Eisenhower.

La réponse est toute trouvée : il ne fallait pas entacher la réputation du Général sur le chemin qui allait le porter à la Maison Blanche. Pire, c’est une fois devenu président que les historiens vont montrer plus d’indulgence et de complaisance vis à vis du président américain et tout simplement décider de mettre une croix sur cette épisode aussi important de la seconde guerre mondiale, mais de nature à atténuer la stature héroïque qu’on veut attribuer Eisenhower.

Voilà comment souvent le simple silence de l’histoire peut se transformer en falsification, comme le prix à payer pour orienter les événements dans un sens ou dans l’autre en fonction des objectifs et des intérêts qu’on veut atteindre, avec bien entendu, la complicité des historiens.

Lire aussi / Also read
Explosion dans le métro de St-Pétersbourg: aucune piste écartée, selon Poutine

Jean-Paul Pougala
le 26/09/2016

—–
Texte Extrait du chapitre 5 :
“Les Mensonges de l’Histoire :
ET SI L’HISTOIRE N’ETAIT QU’UNE MANIPULATION ?”
Leçon de Géostratégie Africaine n° 46, publiée le 26/09/2016, et présente dans le livre à venir intitulé : Initiation à la Pensée Critique” de Jean-Paul Pougala

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

8 + 1 =