onu
NEWSLETTER

Français     English

Share this

L’ONU qui naît en 1945 pour remplacer la SDN affirme parmi ses différents principes: le droit des peuples à disposer d’eux mêmes. Elle va donc être un acteur de la décolonisation dans le monde y compris en Afrique.

Ce rôle n’est pas à méconnaître pour de nombreux combattants nationalistes qui vont utiliser la tribune de l’assemblée générale de l’ONU pour promouvoir leur cause et s’assurer des soutiens extérieurs dans la lutte pour la décolonisation et l’indépendance même si les résultats au final, sont mitigés à cause des indépendances vidées de leurs substances octroyées à la plupart de nos pays africains nouvellement indépendants.

C’est vraie aussi que depuis sa création l’ONU n’a pas toujours eu bonne presse même auprès des grandes puissances de ce monde. Pour Staline c’était le nid du capitalisme, pour De Gaulle, c’était un machin et pour Reagan, c’était la maison des morts vivants. Pour beaucoup d’africains elle ne sert à rien sinon les intérêts des grands de ce monde.

Seulement il faut reconnaître que comme pour la division de l’Afrique à Berlin en 1884, aucun leader africain n’était invité à la réunion pour la mise sur pied de cette organisation qui va pourtant peser sur l’avenir des peuples africains. Nous sommes considérés à travers notre continent, par ceux là qui fixent les règles du jeu du fonctionnement du monde depuis le traité de Tordesillas comme Terra Nullus, et en conséquence toujours absents quand il s’agit de statuer sur les règles qui doivent gouverner le monde suivant l’esprit des capitalistes et impérialistes qui le dominent.

Dans cette perspective, ont voit que l’ONU ne s’applique pas depuis sa création le principe de la démocratie universelle qui suppose qu’un membre ou un pays représente une seule voix, (one man, one vote), mais qu’en plus, aucun de ses pays ne fait partie du conseil de sécurité en tant que que membre permanent ayant droit de veto, alors que c’est le lieu et cadre de prise des plus grandes décisions pour le monde depuis la création de l’ONU.

Lire aussi / Also read
Gesse Roy : « Les artistes musiciens du Grand nord sont peu et mal connus »

Mais il faut aussi reconnaître que malgré les règles du jeu qui ne sont pas favorable dans le fonctionnement de ce monde post seconde guerre mondiale, l’ONU même dans le contexte de guerre froide et des mutations que le monde vit depuis l’effondrement de l’URSS, s’est aussi distinguée en Afrique dans l’arbitrage pour la résolution de certains conflits y compris les différents frontaliers entre les États, et aussi sur le plan du développement à travers ses différentes organisations spécialisées, qui contribuent tant bien que mal à la lutte contre le sous développement, la pauvreté et la promotion de la bonne gouvernance, des droits humains dans le but de construire un monde plus juste et sûr pour tout le monde.

Mais il faut avouer que c’est pas une tâche facile, car l’ONU reste malgré toutes les critiques une oeuvre humaine, donc imparfaite, et à besoin de réformes et d’innovations pour plus d’efficacité dans ses missions comme de nombreux leaders africains l’ont toujours souhaité et dont la diplomatie préventive mise par Boutros Boutros Ghali en son temps est une preuve ces appels au changement au sein de l’ONU comme celui du Colonel Kadhadi ne sont pas inutiles.

Mbamy de Fochada
Leader de la convergence panafricaine

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

− 4 = 2