Conseil d'Administration Université de Ngaoundéré
Conseil d'Administration Université de Ngaoundéré. Crédit photo: chateaunews.com
NEWSLETTER

Français     English

Share this

Réajustement du budget 2018, ajournement de l’adoption des comptes de gestion financière, réduction de l’effectif pléthorique du nombre des membres du Conseil d’administration…, voici quelques résolutions ayant sanctionnées les travaux de la 42ème session ordinaire du conseil d’administration de l’Université de Ngaoundéré.

Ténu ce 28 juin à la salle des actes de l’Ecole Nationale des Sciences Agro Industrielles, le conseil présidé par Guillaume Samboga Siteck a validé la volonté des instances de l’institution des berges du Lac de Dang de se conformer à la loi nº 2017/ 010 limitant l’effectif des membres du conseil d’administration des établissements publics administratifs.

C’est une décision qui agite les esprits de la classe de l’intelligentsia de Ngaoundéré. La trentaine des membres qui composaient le conseil d’administration est ramené à 12. Plusieurs cadres font les frais de cette reforme: les doyens, les chefs d’établissements, les vices recteurs et autres personnalités qui avaient une place à la table ne l’ont plus. Le conseil s’est restreint et se compose dorénavant d’un représentant de la présidence de la république, un représentant de la primature, un représentant du MINSUP, un représentant du Ministère des Finances, un représentant en charge du ministère de la recherche scientifique, un représentant en charge du ministère des mines, un représentant en charge du ministère de l’agriculture, un représentant du personnel élu et un professeur titulaire élu par ses paires, un représentant chargé de l’administration de l’Université.

Le conseil qui tenait sa session ordinaire du mois de juin s’est également penché sur les autres points inscrits à l’ordre du jour :

« Nous avons déféré l’examen du compte de gestion à 3 semaines, parce que nous n’avons pas pu avoir les documents à temps. Nous avons pu examiner tous les points inscrits à l’ordre du jour, notamment le budget réajusté de 2018 »,

s’est félicité le président de la séance. Pour sa part, la patronne de l’institution universitaire avance plusieurs arguments pour justifier cet état de fait.

« Selon la reglémentation, le conseil d’administration doit se tenir avant la fin du mois de juin. Malheureusement le conseil n’a pas traité ce point. Nous avons poursuivi avec les autres points entre autres points l’ajustement du budget. Le budget devrait être ajusté pour plusieurs raisons, il y’a la subvention de certains établissements. A titre d’exemple, les grèves que nous avons eu ici, on a accordé à l’ESMV 75 millions, 50 millions à l’EGEM, l’ENS de Bertoua et la faculté de médecine qui ont vu leurs budgets baissé de 300 millions à 200 millions »,

avise Uphie Chinje Melo.

Lire aussi / Also read
Réserve foncière de Nyambaka : Le Gouvernement fait machine arrière

L’Université de Ngaoundéré, à l’image de ses paires d’autres universités camerounaises, languit dans les bas du tableau comparatif de meilleures universités d’Afrique sur la qualité des enseignements et des infrastructures. Après plusieurs mois de grève qui ont paralysé, le campus de Dang, les étudiants du temple du savoir qu’est l’Université de Ngaoundéré espèrent voire les conditions dans lesquelles ils acquièrent le savoir s’améliorer et les grèves se raréfier. D’autant plus que l’année 2020 étant une année charnière pour le campus de Dang, puisqu’il sera l’hôte de la grande messe sportive universitaire.

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

3 × = 21