Avocats Algériens
Avocats Algériens. Crédit photo: AFP
NEWSLETTER

Français     English

Share this

Quelques centaines d’avocats vêtus de leurs robes noires ont marché le 11 juillet dernier à Alger pour réclamer « l’Etat de droit », « la libération des détenus d’opinion » et « le respect des droits à la défense ».

Dans le même temps, ils ont boycotté tous les tribunaux et toutes les cours au niveau national en réponse à l’appel de l’Union des barreaux d’Algérie, lancé en début de semaine, en réaction « aux nombreuses atteintes aux droits à la liberté d’expression, de manifester pacifiquement et au droit de circuler librement ».  Brandissant des pancartes vertes et rouges et sur lesquelles on pouvait lire : « Avocat s’engage, système dégage », « Pour une Algérie unie et indivisible », « Non à la justice du téléphone », « Libérez les détenus d’opinion », « Oui à l’indépendance de la justice », ou encore « Non à la répression ».

Puis, subitement, les voix se sont élevées : « Libérez l’Algérie ! », « Dawla madaniya machi askariya ! » (Etat civil et non militaire), « Y en a marre de ce pouvoir ! ». Cette marche est une manière d’exprimer la colère des avocats face aux nombreuses atteintes qui ont ciblées les droits des citoyens à l’expression, à manifester pacifiquement et à circuler librement.

Fadil Gamal

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

9 + 1 =