Alioum Annour
Alioum Annour. Crédit photo: chaetaunews.com
NEWSLETTER

Français     English

Le dynamisme et l’entreprenariat, il l’a dans le sang. Nanti de ses diplômes de fin de cycle primaire obtenus dans les écoles publiques de Sabongari puis de Bamnyanga, et secondaire au Lycée Classique et Moderne de Ngaoundéré, il se forme en informatique pour mettre sur pied une entreprise d’informatique sous le nom Alnour-Tech dans la gestion des bases des données.

Loin de s’arrêter, il enchaîne les initiatives en faveur de la jeunesse. Le jeune homme est un enseignant de la langue Arabe dans les cours islamiques des vacances d’où il est le Directeur. Mais rien de tout cela ne pourrait ôter son désir inlassable de faire la politique. La raison, il la trouve dans ses origines :

« Je suis né dans la politique et grâce à l’apparition de Cabral Libii à partir de ses chroniques à la télé, je me suis aussi lancé dans la politique en tant que jeune »,

affirme Annour. Le mouvement 11 millions de jeunes camerounais inscrits sur les listes électorales lancé par Cabral Libii par lequel il va se procurer sa carte sera le déclic pour lui. Inspiré par la carrière du leader Cabral, il trouve la motivation de se lancer définitivement en politique. Précoce mais engagé, Alioum Annour a commencé à suivre le parti de Cabral Libii lors du lancement de son mouvement.

« Mon objectif, c’est le développement de la Vina, car les élites et les élus ont confisqué tout le développement. En tant que jeune, dans mon projet de société, c’est l’humanisme et mettre les jeunes au centre du développement ».

Très vite repéré pour ses idées et sa personnalité, il est repéré dans les rangs et responsabilisé comme chargé de la communication pour le nouveau Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale (PCRN).

Lire aussi / Also read
Cameroun - Adamaoua : La communauté Minfi célèbre sa Culture avec le Festival Nkoutho’o Poh-Laa

Alioum Annour incarne cette nouvelle génération d’homme politique soucieux du développement social et de l’amélioration des conditions de vie des populations du septentrion qui selon lui, croupissent dans la misère du fait de l’inaction des élites locales. C’est nanti de cette volonté de changement qu’il sera l’auteur d’une publication adressée au député Ali Bachir demandant le bilan du mandat écoulé fondé sur son droit en tant que citoyen. La publication très vite reprise sur les réseaux sociaux deviendra virale. Cela lui vaudra des menaces et intimidations de certains partisans mécontents de cette demande inopportune venant d’un jeune envers l’honorable Ali Bachir. Son audace lui ara valu d’être pris pour cible à mainte reprise.

« Après ma publication, il y a eu des intimidations, des menaces de mort. J’ai même échappé à un kidnapping le 20 Mai 2019. Le chef de mon quartier m’a contacté pour une convocation et moi j’ai directement fait appel au coordonnateur régional du mouvement 11 millions de jeunes pour me tenir compagnie. Quand nous sommes arrivés, il y avait des hommes du RDPC qui m’ont posés une série de questions sur mes intentions et motivations suite à la demande de bilan de Ali Bachir. Pourtant je suis dans mon droit de savoir ce qu’il a fait durant ces dernières années pour notre ville et la Vina »,

explique le jeune Alioum Annour. Pour joindre la parole à l’acte et donner un sens à son ambition politique, le jeune de 24 ans entend présenter sa candidature comme député à la prochaine échéance électorale. Il compte détrôner le RDPC et l’UNDP à ce poste. Alioum Annour y croit d’ailleurs fermement. Ainsi, il invite tous les jeunes à se lancer dans la politique pour le développement de la région de l’Adamaoua et le Cameroun en général.

Lire aussi / Also read
Kildadi Taguiéké Boukar : « J'invite les électeurs de la région de l'Adamaoua à attendre les résultats dans la paix et la sérénité »

Nouridine Bobbo (stagiaire)

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

3 × 3 =