Fo'o Sokoudjou
Fo'o Skoudjou
NEWSLETTER

Français     English

Share this

Dans ce même pays hier, on arrêtait, jugeait les gens et les condamnait à mort, certains étaient même fusillés en public juste à cause de leurs opinions. Que nous soyons à revivre cela 60 ans après, Ernest Ouandji, Abel Kingué, Félix Roland Moumié se retourneraient dans leurs tombes.

J’écrase des larmes car ce pays n’est pas celui que j’ai rêvé en sacrifiant une bonne partie de ma vie. Mais la question qui revient est celle de savoir à quoi à servi tous ces procès en n’en point finir, ces fusillades et assassinats que nous avons connu jadis ?

Avons nous déjà cicatrisé ces blessures béantes que nous traînons depuis 1959 pour en ouvrir d’autres aujourd’hui ?

De 1959 à 2019, peut-on dire que notre pays à vraiment connu une transformation ? Et tous ces morts, ces tortures et ses emprisonnement injustes que nous portons sur notre conscience ont servi à quoi ?

Hier il fallait se battre pour résister contre le colon, aujourd’hui après le colon nous nous dévorons entre nous à cause du pouvoir et des intérêts égoïstes.

Or, les autres peuples sont entrain de conquérir l’espace et développent les sciences et techniques pour nous contrôler demain.

Condamnation à mort ou libération sans condition, ce n’est pas nouveau dans ce pays. Mais la suite c’est quoi ? La souffrance du peuple sera-t-elle enfin éradiquée ?

Je suis convaincu que seul un dialogue sincère entre camerounais nous permettra de nous pardonner, de nous réconcilier avec nos morts, avec nous mêmes et sauver ainsi ce pays pour lequel beaucoup ont versés de leur sang.

Ne continuons plus à couvrir le feu avec la paille.

Que les dieux de Bamendjou veillent sur le Kamerun

Fo’o Tchedjou II Sokoudjou

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

1 × 4 =