mayo-rey
Crédit photo: chateaunews.com
NEWSLETTER

Français     English

Share this

Découvert dans une cache d’armes située près du Mont Bigao dans le Département du Mayo-Rey, le matériel militaire est constitué de trois armes de guère de type kalachnikov, 119 munitions, des gilets port chargeurs, des armes blanches et une chaîne de conduite.

C’est le résultat d’une vaste opération de recherche et de fouille menée le 25 Octobre dernier par les éléments de la Légion de Gendarmerie du Nord, entre les localités de Mbaïboum et de Touboro. Ce butin de guère a été récupéré entre les mains de deux membres d’un redoutable gang de preneurs d’otages qui opèrent entre le Mayo Rey et le Tchad.

L’arrestation fait suite à de nombreuses attaques armées et prises d’otages qui ont fait de nombreuses victimes parmi les populations. Selon les explications du Colonel Nyong David Fly,

” Le 18 Octobre, les éléments du Bataillon d’Infanterie Motorisé vont mené un ratissage dans la zone d’attaque. Une opération qui permettra de neutralisé quatre preneurs d’otages avant l’arrestation le 25 Octobre dernier de deux autres ravisseurs. Ce sont ses derniers membres du redoutable gang qui conduiront les éléments de la Gendarmerie vers la cache d’armes “.

En rappel, le dernier grand forfait de ces redoutables malfrats remonte au mois d’Octobre, lorsque les membres du gang ont pris en otage cinq commerçants sur le tronçon Mbaïboum-Touboro. Une rançon de 50 millions frs Cfa a été exigée pour leurs libérations. Les familles des otages avaient versé la somme de 24 Millions de francs CFA aux ravisseurs. Un acte qui a déclenché l’opération ayant permis de les mettre hors d’état de nuire.

Seulement, le Département du Mayo-Rey est réputé pour son insécurité et sa grande criminalité qui perdure depuis des décennies malgré le déploiement des unités du Bataillon d’Intervention Rapide (BIR) et du Bataillon d’Infanterie Motorisé (BIM) qui patrouillent jour et nuit dans les brousses de cette partie du pays. Une situation critique qui accentue la pauvreté et le retard économique constaté dans les localités de Rey-Bouba, Tcholliré, Madigrin, Touboro et autres villes environnantes.

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

3 × = 30