À la Une Actualités Législatives 2020 au Cameroun : Ali Bachir reconquiert la...

Législatives 2020 au Cameroun : Ali Bachir reconquiert la base

-

- Advertisment -

Venus par centaine pour rencontrer leur député, l’honorable Ali Bachir, les militantes et militants du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) de l’Arrondissement de Martap étaient en liesse pour s’entretenir avec leur hôte. C’est à une véritable scène d’allégeance au RDPC que l’équipe du député a eu droit ce 8 janvier.

De Séboré Djaangol à Minim Martap en passant par Likok, le député candidat à sa propre succession est allé renouveler l’enthousiasme de ses fidèles militants.

En arrivant ici, nous pensions trouver juste une vingtaine de personne et qu’avec elles nous essayeront dans un petit coin de parler ensemble. Cependant nous avons été agréablement surpris. Vous êtes des milliers à vous déplacer. Preuve de votre loyauté et de votre engagement,

s’est-il félicité en langue Fulfuldé (langue locale parlée par certaines populations de la partie Septentrionale du Cameroun). L’honorable, député à l’Assemblée Nationale, entouré par ses collègues de l’Assemblée Nationale à savoir Abdou Koulagna député de Mbe et Zoubeinatou, député de Belel, invitent la jeunesse à ne pas se laisser manipuler et de faire tout pour barrer la voix aux vendeurs d’illusions de l’opposition.

Ali Bachir, Législatives 2020
Ali Bachir. Crédit photo: chateaunews.com

Même si vous les votez, ils ne peuvent rien pour vous, ni vous construire des hôpitaux, ni vous fournir de l’eau potable encore moins les routes. Ils n’en ont ni les moyens, ni le temps. Si vous les votez ce sera uniquement pour garantir leur intérêt personnel,

prévient-il. Martap à l’image des autres arrondissements de la Vina n’a pas échappé aux griffes des preneurs d’otages. L’insécurité est l’un des épineux problèmes auxquels sont confrontées les populations. Pour couper court aux mauvaises langues qui attribuent les récents problèmes d’insécurité à l’actif du député, l’homme d’affaire brandit le contingent des forces de sécurité déployées sur le terrain afin de traquer les malfrats. Venues accueillir leur champion, ces populations accompagnées des chefs traditionnels fidèles pour la plus part au parti proche du pouvoir, ont battu le rappel des troupes. Le porte-parole de la population de Séboré Djaangol a égrainé le chapelet des doléances des populations qui manquent de tout.

Nous n’avons pas de centre de santé public, l’unique formation sanitaire qui se trouve ici est islamique et souffre d’un manque d’équipement, de matériel de travail, le personnel et les infrastructures sont déficitaires. Cela constitue un grand frein pour l’avancement de notre localité,

a déploré le jeune qui exprime le souhait populaire d’un véritable changement. Ce déplacement a été rehaussé par la présence de quelques élites de cette localité dont le Chef d’Agence du PNDP Adamaoua. Avant de quitter ses militants, Ali Bachir n’a pas manqué de faire des promesses pour barrer la voix à une probable victoire de l’UNDP qui menace de rafler des voix dans les rangs. En parlant du climat sécuritaire agité au cours des derniers mois du fait des attaques répétées des preneurs d’otage, il déclare :

Voyez ce qui nous est arrivé ces derniers mois avec les preneurs d’otages, d’aucuns dormaient sur les arbres, d’autres ont fui vers la ville alors qu’on sait que le pouvoir peut nous aider avec son armée. Il faut donc continuer a faire au RDPC qui apporte des solutions à ce phénomène.

Ali Bachir, Législatives 2020
Ali Bachir. Crédit photo : chateaunews.com

Le député a laissé les populations de ces localités en confiance non sans faire des gestes pour raviver leurs flammes. Cette descente selon un militant a, à la fois galvanisé et apaisé les cœurs des populations. Réitéré par le porte-parole, les militants ont avec force réaffirmé leur attachement, leur gratitude et leur affection pour l’hôte du jour. C’est sous les acclamations nourris des militants, sympathisants et curieux qu’Ali Bachir et sa suite ont pris congé de la base en attendant la campagne électorale prévue le 25 janvier 2020 prochain. Entre temps les populations sont conscientes du rôle primordial à jouer le 9 février prochain.

Pour lus d’informations, Téléchargez le journal numérique CHATEAUNEWS ici

blank
Boubakary Moussa
Boubakary Moussa, est un passionné de l’information qui s’est spécialisé dans les enquêtes et analyses. Jeune motivé à l’éthique avéré il est le correspondant de ChateauNews dans l’Adamaoua.

LES PLUS LUS

C'EST TOUT FRAIS

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you

×