Home Législatives et Municipales 2020 Législatives et Municipales 2020 au Cameroun : L’UNDP en démonstration de force...

Législatives et Municipales 2020 au Cameroun : L’UNDP en démonstration de force dans la Vina

A quelques jours du vote décisif, les différents candidats aux législatives et municipales mettent un coup d’accélérateur sur la campagne qui a atteint son paroxysme. L’UNDP se taille la part du lion et tire son épingle du jeu.

Symbiose parfaite entre les militants de l’UNDP et leurs candidats aux élections Législatives et Municipales du 9 février. Comme il fallait s’y attendre la place de l’indépendance lieu de toutes les convergences étaient pleines à craquer.

Présidé par Nana Aboubakar Djalloh, Ministre Délégué auprès du Ministre de l’Environnement et de la Protection de la Nature et du Développement Durable, le meeting a rassemblé environ 50 mille personnes d’après les estimations des organisateurs.

Abba Alim, la Star des Législatives dans la Vina

La tête de liste du parti de Bello Bouba Maigari aux Législatives est incontestablement la star de cette élection. Imposant et prestigieux concourant redoutable, il est comparé par ses fervents supporters au premier président, Ahmadou Ahidjo. Sa côte de popularité n’a d’égale que le nombre massif de chansons qui font ses louanges. Les populations croient avoir trouvé l’homme providentiel, capable de résoudre leurs problèmes.

Aujourd’hui, il fait sans aucun doute figure de grand favori. Baptisé Abba Gida Gida, nom empreinté à Abba Kabîr Yusuf alias Abba Gida Gida, le charismatique candidat du Peoples Democratic Party (PDP) au poste de gouverneur de l’Etat de Kano, qui a perdu face au gouverneur sortant Abduallahi Umar Ganduje, du All Progressives Congress (APC) aux élections de 2019.

A peine il fait son entrée dans l’arène politique qu’il est déjà adopté par la base. ABBA Alim fait partie de ces hommes à qui tout ou presque réussit, parti de rien qui accèdent au sommet. Cette vertigineuse ascension n’est en effet que le prolongement spectaculaire d’une campagne de charme minutieusement orchestré.

Les populations ont découvert un homme beau, calme et qui dit ce qu’on souhaite entendre,

confie une proche. Ses détracteurs l’accusent de mener une campagne centrée sur sa personne au mépris d’une vision de la société. L’homme politique qui dévoile la modestie d’apparence cache mal une volonté farouche, voire un orgueil réel.

Toujours le sourire aux lèvres, il a cultivé l’image d’un homme responsable soucieux du bienêtre de sa population. Ce commerçant qui a fait fortune à Bertoua dans la capitale de la région de l’Est était au départ deuxième sur la liste validé par ELECAM et le Ministère de l’Administration Territoriale. Après avoir déposé un recours devant le Conseil Constitutionnel, Abba Alim, retrouve sa place de tête de liste UNDP dans la Vina. Créé il y a quelques jours sa page Facebook atteint déjà le chiffre de 2000 abonnés.

Ali Bachir contre Abba Alim

Si aux législatives, le triptyque composée de Abba Alim, Yaouba Alhadji et Aminatou Abbo compte détrôner l’inamovible liste conduite par Ali Bachir et compagnie, aux municipales, Bobbo Saliou et Idrissou Abana luttent pour leur maintien. Le président départemental du parti et porte-parole des candidats qui rempile pour un nouveau mandat à la tête de Ngaoundéré 1er tient un discours qui joint continuité et changement.

Dans les endroits tenus par l’UNDP, c’est la continuité. Si on parle du changement, c’est pour provoquer la population, parce qu’elle a vu les réalisations. Lorsque nous sommes élus, c’est pour travailler et Dieu seul sait que nous avons travaillés. Les preuves ? Les réalisations parlent d’elles-mêmes. Donc à notre niveau c’est la continuité, où est-ce qu’il doit avoir le changement ? le changement c’est dans les communes tenues par le RDPC, pire encore au niveau des législatives parce que depuis 17 ans, ça ne va pas. La population souffre, nous avons pour mission d’améliorer les conditions des populations, mais depuis 17 ans la population est sur place parce que nos élus se sont transformés en hommes d’affaires, en des entrepreneurs et pire encore, ils gagnent les marchés ici même dans la ville pour ne pas les réaliser,

pointe du doigt Bobbo Saliou.