crise, probleme anglophone, crise anglophone, combattants sécessionnistes, législatives et municipales, séparatistes ambazoniens
NEWSLETTER

Français     English

Partager/Share
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Al’aube des élections législatives et municipales 2020 au Cameroun, dans son dernier rapport rendu public le Jeudi 6 février 2020, Amnesty International pointe des responsabilités que ni le gouvernement, ni les séparatistes ne veulent reconnaître encore moins assumer.

L’ONG souligne qu’il y a eu un accroissement de la violence de la part des 2 belligérants depuis le déclenchement du processus électoral. Si les militaires camerounais sont accusés d’être à l’origine des dizaines de meurtres et des milliers de nouveaux déplacés, Amnesty International a attribué à l’armée camerounaise l’incendie de plus de 50 maisons à Babubock et dans les villages voisins de Bangem dans le Sud-Ouest le 14 janvier 2020 et le meurtre des villageois.

Le mouvement mondial pour les droits humains basé à Londres a également accusé des séparatistes armés d’être responsables des meurtres, des enlèvements et des multiples exactions. L’ONG de Droits de l’homme rappelle l’enlèvement par un groupe séparatiste armé, le 30 janvier 2020, de quatre membres d’une organisation humanitaire.

>  Cameroun - Préfectoral : De nouveaux Préfets dans l'Adamaoua

VIENT DE PARAÎTRE


journal chateaunews

EN KIOSQUE (NOUVEAU)

Lisez et TELECHARGEZ le numéro 49 de votre Journal CHATEAUNEWS édition digitale.

Le Cameroun dans tous ses états avec la pandémie de coronavirus COVID-19 qui sévit actuellement dans tout le pays...

JE TELECHARGE

VOIR TOUTES LES ÉDITIONS