élection du maire maroua 1er Hamadou Hamidou
Crédit photo : chateaunews.com
NEWSLETTER

Français     English

Partager/Share
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après moult tractations, la vérité des urnes par vote démocratique a donné la victoire de Hamadou Hamidou, Maire sortant qui rempile pour un 3eme mandat à la tête de municipalité, vitrine de la ville.

Le Cameroun tout entier était appelé à aller à un double scrutin le 9 février dernier. Ce double scrutin qui concernait les élections législatives et municipales aura drainé du beau monde dans le département du Diamaré, par rapport à d’autres. Une ferveur particulière a été également enregistré lors de la campagne de ce scrutin.

Les différents challengers plus ou moins trop connu et des différents bords politiques ont tenu en haleine pendant la période de campagne indiqué par le code électoral camerounais. Avec un taux de participations aussi conséquent des électeurs. Les résultats étant connu au lendemain du 9 février dernier, l’investiture des Maires dans les différentes communes aura quant à elle aussi marqué les esprits. Mais celle de la commune de Maroua 1er aura encore beaucoup plus cristallisée les attentions et drainé tant de fantasme.

Une 1ère session de plein droit ajournée

Après les résultats des municipales qui ont donné la liste du RDPC gagnant avec une majorité relative dans la commune Maroua 1er, la session de plein droit était prévu pour le 18 février. Le préfet du Diamaré qui avait un calendrier surchargé ce jour arriva peu après le coucher du soleil. Là, on pouvait déjà sentir une atmosphère tendu dans la salle. Selon les indiscrétions, une décision venue d’en haut aurait écarté le maire sortant à la faveur du fils d’un homme d’affaire bien connu dans la ville, par ailleurs président d’une section OJRDPC. Après les différentes introductions et civilité d’usage des personnalités présent, place à la patate chaude : la désignation ou du moins l’élection du maire. Rappelons tout de même qu’une forte mobilisation des forces de l’ordre était visible autour de ces communs ce jour.

>  Législatives et Municipales 2020 : Soupçons d'un réseau d'électeurs fictifs dans l'Adamaoua

Le passage en force du mandataire du RDPC

Tout portait à croire ce jour, qu’aucun consensus n’avait été trouvé dans les coulisses de ce parti. Le visage confus des différents conseillers municipaux pouvait interroger plus d’un. C’est à cet instant que le pavé dans la mare sera jeté par le mandataire du parti, bien connu de tous ; sa majesté, le Lamido de Petté l’un des arrondissements du Diamaré, HALILOU MOUSTAPHA. Après une longue lecture de son discours, l’on écoutera ceci : « … Sa candidature avait été rejetée et aujourd’hui le RDPC a présenté un autre candidat ».

Quelques instants plus tard, il renchérit encore en ces termes : « Le parti RDPC a désigné comme candidat à la mairie YOUSSOUF ISSA BALARABE comme maire. Le parti n’a pas désigné d’autre candidat du RDPC que celui-là ».

Après un débat houleux dans la salle, le préfet du Diamaré sera contraint de suspendre pour la première fois la séance. De retour en salle où tout portait à croire que tout ira bien, c’est à la stupéfaction de tous que l’on verra les conseillers et autres personnalités sortir de la salle d’un air dubitatif. Le préfet du département, face à la presse confiera qu’en raison de nombreux blocages observés, il a décidé de suspendre la séance et qu’une autre séance sera convoquées « ultérieurement ».

La témérité du maire sortant

Le maire HAMADOU HAMIDOU connu pour sa culture et son ouverture, son expérience au sein du RDPC où il aura gravi plusieurs paliers n’est pas à négligé. Fier de son bilan à la tête de la mairie, pour ceux qui le connaisse, ce fervent militant du RDPC n’est pas un homme à baisser la garde. Au cours de sa prise de parole, il démontrera à l’assistance qu’il maitrise autant les textes du parti, le code électoral que tous. Dans son propos, il déclara :

J’ai été investis en signant des engagements sur l’honneur, en signant des documents officiels interne au parti ; que nous sommes des militants de première heure, n’ayant jamais enfreint à la réglementation et à la discipline du parti.

Et plus loin :

Le parti doit désormais prendre ses responsabilités pour désigner des mandataires valables, capable d’interpréter les textes, les circulaires. Pas des mandataires qui sont à la solde des individus. Je suis très désolé ! J’ai honte en tant que président de section de voir mon parti être confié à des individus qui sont à la solde des individus.

Malgré les menaces de sanction, il ne cèdera point. Il se montrera de plus en plus déterminé à faire triompher la démocratie et le respect des textes par tous. Chose qu’il obtiendra par la suite.

>  10e législature : Abba Alim 5e Vice-Président à l’Assemblée Nationale

Le soutien de la population au maire sortant

Pour les populations de la cité capitale, des trois communes de la ville de Maroua, celle de Maroua 1er est la mieux gérée par son maire. Les réalisations de ce dernier parlent d’elles même. De la construction des salles de classe, la construction des ouvrages d’adductions d’eau, de l’aménagement des routes urbaines et péri-urbaines, des centres de santé…, la liste est loin d’être exhaustive.

Beaucoup ce sont mobilisé devant la commune pendant les deux sessions pour suivre de près le verdict et éventuellement manifester leurs mécontentements en cas de passage en force d’un candidat pour qui ils n’y auraient voté le parti, si dernier devrait être maire de leur ville. C’est une explosion de joie qui a surgit à l’extérieur de la salle où se passait le vote, quand le public a appris que c’est MAHDI comme on l’appelle bien dans la ville a été reconduit. Une liesse populaire s’est emparée de la ville. C’est triomphalement et sous bonne escorte que ce dernier a été conduit à son domicile, pris d’assaut par les partisans et populations venu le féliciter.

Une leçon de démocratie et de la souveraineté du peuple

Pour les observateurs de la scène politique à Maroua, cette élection du maire de Maroua 1er aura enseigné beaucoup de choses. Les populations commencent à ouvrir les yeux sur la chose politique. L’imposition « par le haut » des responsables à la tête des institutions semble de plus en plus révolue. L’on peut compter sur certains administrateurs civils qui ne se laissent pas influencer et qui travaillent selon la loi et dans une intégrité irréprochable.

VIENT DE PARAÎTRE


journal chateaunews

EN KIOSQUE (NOUVEAU)

Lisez et TELECHARGEZ le numéro 49 de votre Journal CHATEAUNEWS édition digitale.

Le Cameroun dans tous ses états avec la pandémie de coronavirus COVID-19 qui sévit actuellement dans tout le pays...

JE TELECHARGE

VOIR TOUTES LES ÉDITIONS