Home Société Éducation Cameroun – Reprise des cours : Bras de fer entre l’Église catholique et...

Cameroun – Reprise des cours : Bras de fer entre l’Église catholique et le gouvernement

examens officiels au cameroun
Elèves du Lycée Bilingue de Bertoua au rassemblement. Crédit photo: chateaunews.com

En pleine pandémie du nouveau coronavirus Covid-19, la date du 1er juin 2020 contestée par les archevêques notamment Mgr Kleda de l’archidiocèse de Douala, la reprise des cours est désormais hypothéquée dans certaines villes du Cameroun.

A quelques jours de la réouverture des classes, les désaccords montent d’un cran entre l’Eglise catholique au Cameroun et le gouvernement.

Le gouvernement du Cameroun juge trop long l’enferment des élèves dans les quartiers et le prolonger au-delà du 1er juin aurait des effets désastreux.

A l’opposée, les archevêques de Douala, Bafoussam, Edéa, Eséka, Nkongsamba et Bafang voient cette décision comme une véritable bombe à retardement et refuse par ricochet de se conformer à cette fuite en avant dangereuse des pouvoirs publics.

Relativement à l’évolution inquiétante de la crise Covid-19 au Cameroun, les archevêques ont demandé au gouvernement de repousser la date en vain.

La réaction de l’Eglise catholique

L’autorité religieuse revient au-devant de la scène et annonce un report de la date du retour des classes dans ses établissements.

Compte tenu de la situation grandissante de la pandémie du coronavirus dans notre pays et de l’obligation que nous avons de protéger la santé de tous, nous avons décidé de concert avec les autres évêques de la province Ecclésiastique de renvoyer la rentrée initialement prévue le 1er juin dans nos trois maisons de formation, à une date ultérieure qui vous sera communiquée en temps opportun

a signé Samuel Kléda, évêque de l’archidiocèse de Douala.

Au cours du mois d’avril, le gouvernement a pris la décision unilatérale de rouvrir les établissements scolaires aux seules classes d’examen à partir du 1er Juin 2020.

Y faisant suite, le collectif des archevêques conduit par Monseigneur Samuel Kléda décide d’ajourner la date de la rentrée dans ses établissements scolaires et universitaires.

Pour le clergé, ouvrir les écoles dans un contexte marqué par la propagation tout azimut du Covid-19 serait irresponsable.

Ce dernier craint d’exposer les élèves à la pandémie.

Avec cette prise de position des évêques, la reprise des classes est hypothéquée dans certaines villes du Cameroun qui connaissent des centaines de cas au moment où le cap de 5000 contaminés a été franchis.

Le clergé indigné par la situation, annonce que la reprise ne pourra être effective que si les conditions sanitaires sont réunies.