Home Société Éducation Adamaoua : Le casse-tête de la rentrée du 1er juin

Adamaoua : Le casse-tête de la rentrée du 1er juin

cameroun rentrée scolaire 1er juin adamaoua

Le gouverneur de l’Adamaoua a présidé hier 28 mai, une réunion d’évaluation du protocole sanitaire à respecter pour une rentrée effective le 1er juin 2020 dans la région.

A quelques jours de la rentrée scolaire qui approche à grand pas, le gouverneur de la région de l’Adamaoua entouré de son Etat-Major, avec la présence des différentes chaînes de la communauté éducative évaluent le niveau de mise en œuvre des différentes mesures pour l’effectivité de la rentré du 1er Juin prochain.

Au centre de cette réunion, la mise au point du respect des mesures barrières édictées par le gouvernement dont le respect de 24 élèves par salle de classe, le respect de consignes de distanciation physique et d’hygiène.

Selon le décret du premier ministre qui annonce la reprise des classes, la rentrée concerne uniquement les classes d’examens et les universités.

Les campus des écoles primaires, secondaires et universitaires qui n’ont pas vu l’ombre d’un élève depuis bientôt 3 mois vont renouer avec les ambiances des cours.

Si l’Eglise catholique se montre réfractaire à rouvrir ses écoles par crainte du virus et du manque de préparation, le reste de la communauté éducative se dit prête à suivre au pied de la lettre les instructions du gouvernement.

Dans les écoles et les Universités, les chefs d’établissements s’interrogent sur la disponibilité des masques :

Nous n’avons pas les moyens de doter nos élèves de cache nez. Pour l’instant, nous attendons les instructions de notre hiérarchie. Nos regards sont tournés vers le gouvernement,

fait savoir un proviseur d’un Lycée de la place.

Pour pallier, l’UNICEF s’engage à mettre à la disposition du système éducatif, un grand nombre de kit.

Nous sommes prêts de part les exposés qui ont été faits par les délégués régionaux en charge de l’éducation notamment, les délégués des enseignements secondaires et de l’éducation de base. Ces exposés nous ont rassurés que toutes les dispositions sont prises et par-dessus tout nous avons un nombre important de kits pour tenir cette prévention. Nous avons convenu que les descentes seront régulières. Toute la chaîne est interpellée, les municipalités, les parents pour accompagner les enfants,

a rassuré Kildadi Taguiéké Boukar