À la Une Média SOS Presse : Samuel Wazizi, mort pourquoi ?

SOS Presse : Samuel Wazizi, mort pourquoi ?

-

- Advertisment -

Le journaliste Samuel Wazizi serait mort des suites de torture entre les mains des Forces de Défenses Camerounaises. Mais pourquoi ?

La nouvelle est digne d’un film d’horreur médiatique. De quoi inquiéter toute la famille de la presse nationale et internationale.

Le SNJC confirme la mort de Samuel Wazizi. Il est décédé à l’hôpital militaire de Yaoundé où il a été transféré après plusieurs mois de tortures,

a publié Denis Nkwebo. Cette autre disparition tragique, si prouvée, des forces de sécurité, marque une entorse radicale à la liberté de la presse.

Les réactions se font entendre

Plusieurs acteurs de la société civile et journalistes exigent des explications.

Tous les journalistes doivent se mobiliser pour répondre au mot d’ordre que le SNJC et CAMSEJ vont annoncer dans quelques heures,

alerte le président nation du SNJC.

Les hommes politiques ne sont pas restés indifférents à l’instar Anicet Ekane du MANIDEM qui s’indigne de cette situation.

C’est déjà curieux et tout de même inadmissible que le sort réservé à un journaliste interpellé par les éléments des FDS reste longtemps un secret d’État,

s’est alarmé l’homme politique.

Il est impératif, au regard des informations qui circulent dans le pays et dans les médias, que le gouvernement camerounais informe officiellement l’opinion nationale et internationale sur les circonstances de l’arrestation, de la détention, de la disparition, et de la mort annoncée du journaliste Samuel Wazizi,

précise le président du MANIDEM.

A sa suite, plusieurs s’interrogent sur les circonstances de son arrestation et de sa disparition tragique.

René Emmanuel Sadi a été saisi au sujet de cette affaire qui fait tapage dans le monde de la presse.

Le ministre de la communication au Cameroun est invité par une demande d’informations de la Commission Indépendante contre la Corruption et la Discrimination (COMICODI), ce jeudi 04 juin 2020, à s’exprimer sur le sort du journaliste Samuel Wazizi.

Le porte parole du gouvernement qui supervise par ailleurs l’action des médias au Cameroun est ainsi appelé à calmer le jeu.

En attendant les réponses ou éclairages, cette autre victime de la plume semble être le mort de trop !

blank
Rodrigue Tapeo
Journaliste, Communicateur, Promoteur culturel et Coordonnateur du Groupe FAD'ART. Il a travaillé avec plusieurs médias (radio, presse écrite, télévision, journal en ligne) dans le Septentrion du Cameroun. Il est aussi membre de la Société Civile Camerounaise, Consultant en communication sociale et développement de projet.

Les Plus Lus

En ce moment...

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you