Dossier Tapis Rouge Saidou Sidiki : « J’exhorte la population de l’Adamaoua...

Saidou Sidiki : « J’exhorte la population de l’Adamaoua à ne pas tuer la biodiversité »

-

- Advertisment -

Saidou Sidiki, Délégué Régional de l’Environnement de la Protection de la Nature et du Développement Durable pour l’Adamaoua, s’exprime sur votre journal ChateauNews.com relativement à la Journée mondiale de l’Environnement.

Quid de la célébration de la journée mondiale de l’environnement dans le contexte de la crise sanitaire actuelle

Cette année nous célébrons la 48ème édition de la journée mondiale de l’environnement, qui a pour thème : « la biodiversité, une source de préoccupation à la fois urgente et existentielle ».

Comme vous l’avez souligné, la célébration de cette année est un peu particulière. Nous n’allons pas la célébrer comme par le passé.

Avec la crise sanitaire actuelle causée par le covid-19 qui sévit dans tout le monde entier et qui n’épargne pas le Cameroun.

Et donc en application des mesures barrières prises par le gouvernement dues pour faire barrière à cette pandémie, l’activité de cette année se fera essentiellement via les réseaux sociaux et les médias.

Depuis quelques semaines, nous discutons avec les journalistes, nous sensibilisons les populations sur la nécessité de la conservation de la biodiversité et nous sommes en train de faire passer nos quizz.

Des jeux, questions réponses ouvert aux populations qui recevront quelques primes d’ici lundi pour avoir répondu à nos questions.

Quel commentaire faites-vous du thème de cette année ?

Je crois que le thème de cette année a été choisi à dessein. Comme nous vivons la crise du coronavirus, nous voyons certains chercheurs qui ont des sources de solutions par rapport au covid-19 grâce à la biodiversité.

C’est-à-dire via l’espèce végétale où l’espèce animale sauvage. C’est pour cela qu’on ce thème est interpellait et dit, une source de préoccupation à la fois urgente et existentielle, parmi lesquelles, donc la plus part des médicaments sont fait à base d’espèce végétal.

Pensez-vous qu’il y a un lien entre la destruction de la biodiversité et la pandémie de l’heure ?

Tout le monde sait aujourd’hui que cette maladie est causée par les animaux sauvages, pour la simple raison que le biotope, c’est-à-dire que leurs habitats ont été détruit.

Quand nous repoussons les animaux et ils se retrouvent sans leurs habitats et sont donc obligé de cohabiter avec l’être humain.

Donc quand il y’a des maladies qui peuvent se transmettre entre animaux, ces mêmes maladies peuvent aussi toucher l’homme.

C’est nous qui sommes allé retrouver ces animaux dans leurs habitats, dans leurs milieux de vie.

Beaucoup pensent qu’on ne peut pas se développer sans casser les œufs, moi je me dis qu’on peut se développer en essayant de conserver la biodiversité en luttant contre les changements climatiques et contre l’avancée du désert.

Comment conscientiser les populations sur l’urgence de préserver cette biodiversité ?

J’exhorte les populations de nous aider à conserver notre biodiversité.

De nous accompagner à la protection de la biodiversité, à penser aux générations futures. Il faut se dire que cette terre, nous allons la laisser et il faut la laisser en bonne et due forme à nos fils, à nos arrières fils pour qu’ils en jouissent pleinement.

Parce qu’il y va de la conservation de l’être humain, c’est la lutte contre les changements climatiques, la lutte contre l’avancée du désert. J’exhorte donc la population à ne pas tuer la biodiversité.

Propos recueillis par Boubakary Mousssa

blank
Boubakary Moussa
Boubakary Moussa, est un passionné de l’information qui s’est spécialisé dans les enquêtes et analyses. Jeune motivé à l’éthique avéré il est le correspondant de ChateauNews dans l’Adamaoua.

LES PLUS LUS

C'EST TOUT FRAIS

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you

×