Dossier Tapis Rouge Halidou Djingui : « Les droits des enfants sont...

Halidou Djingui : « Les droits des enfants sont mis en avant pour éviter les violences dont ils sont victimes »

-

- Advertisment -

La 30e édition de la Journée Internationale de l’Enfant qui se célèbre le 16 juin de chaque année a eu lieu dans une ambiance particulière en plein Covid-19 à Ngaoundéré.

Cette célébration qui commémore le massacre des enfants de Soweto en 1976 en Afrique du Sud avait pour thème « accès à une justice adaptée aux enfants de l’Afrique ».

Dans une interview accordée à la télévision FTV dans les locaux qui abritent ses services le 16 juin, Halidou Djingui, Délégué régional de la délégation du Ministère des Affaires Sociales (MINAS), s’exprime sur cette journée se célèbre en pleine crise internationale de la pandémie du Covid-19.

Cette journée qui commémore le massacre des enfants de Soweto en Afrique du Sud vise à défendre leurs droits et à déclarer leurs voies. Du fait de cette crise sanitaire, les services du MINAS ont opté pour des conférences débats dans les radios locales afin de mieux sensibiliser les populations et les enfants sur les droits des enfants. Les enfants ont des devoirs c’est vrai mais, leurs droits sont mis en avant en ce jour pour éviter les violences dont ils sont victimes chaque. Pour ce faire, nous avons des partenaires avec qui nous travaillons pour l’encadrement des enfants en général et des enfants de la rue en particulier. Le 17 juin 2020, les anciens députés juniors feront des dons de matériel de lutte contre le Covid-19 au Centre Social ainsi qu’à ses partenaires. La semaine prochaine, nous avons une série d’activités qui visent une forte sensibilisation des enfants et des parents pour connaître leurs droits. Nous prenons un cas flagrant : le gouvernement a pris la décision de suspension des classes en vue de barrer la route à la propagation du covid19. Cependant, on retrouve ces enfants dans la rue en train de faire du petit commerce, du commerce infantile défendu par la loi. On peut relever que cette pratique expose les enfants et les familles. Vecteur de la maladie, ils peuvent contaminer les parents qui pourraient par la suite perdre la vie. Imaginez donc l’avenir de ces enfants. J’en appelle donc les parents à plus de responsabilités, car ces enfants ont besoin d’être scolarisés et nourris. Ils sont l’avenir du Cameroun, de l’Afrique et du monde,

a déclarer le Délégué.

blank
Glasse Nyangonohttps://chateaunews.com
Estelle Glasse NYANGONO est une grande passionnée du journalisme et de la communication. Encrée dans le respect de l'éthique déontologique, de la vie et de la morale humaine, elle est une jeune dame dynamique et travailleuse. Titulaire d'un Master 2 en Littérature Africaine, c'est une spécialiste en analyse du discours littéraire. Elle travaille en tant que journaliste pour ChateauNews.

Les Plus Lus

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you