Home À la Une Économie Ngaoundéré : Le marché Nord-Cifan appelle à l’aide

Ngaoundéré : Le marché Nord-Cifan appelle à l’aide

Marché du nord cifan à ngaoundéré
Une vue du marché du Nord Cifan à Ngaoundéré

Situé en plein cœur du quartier après le camp militaire, le marché du Nord-Cifan est une cité commerciale qui voit le jour il y a cinq ans environ.

Le marché a été créé dans l’objectif de l’émergence de Ngaoundéré, cité capitale de l’Adamaoua.

un mur du marché du Nord Cifan à Ngaoundéré

Seulement, celui-ci n’a jamais été occupé suite aux résistances des commerçants.

La construction du marché du Nord-Cifan a été entamée dans le but de délocaliser les commerçants qui envahissent les alentours de stade Ndumbé Oumar de Ngaoundéré qui bègnent dans une insalubrité totale et dont la foule pourrait être un vecteur de transmission de la Covid-19 à cause des embouteillages.

En effet, ces acteurs de l’économie de la région carrefour du Cameroun démontre un refus total à rejoindre leur lieu d’affectation, parce que cela aurait une incidence directe sur leur chiffre d’affaires et le réduirait à néant.

Les herbes au marché du Nord Cifan à Ngaoundéré

Ceux-ci soulignent que l’emplacement éloigné du nouveau marché leur ferait perdre au moins 3/4 de la population qui constitue leur clientèle.

Cependant, cela semble avoir des conséquences plus importantes sur les habitants de ce quartier qui ne sont plus dans la quiétude et vivent dans la peur.

Le marché Nord-Cifan et l’insécurité

Le fameux marché est devenu de fait un véritable abattoir des populations car agressions et assassinats y sont fréquents et réguliers.

boutiques du marché du Nord Cifan à Ngaoundéré
Marché du Nord Cifan à Ngaoundéré

Cela est dû au fait que les bâtiments ont été envahit par la forêt où les seules résidents et maîtres sont des animaux tel que les rats, les écureuils et les serpents venimeux.

On remarque aussi que des familles de sans-abris et de réfugiés en ont fait leur demeure.

Champs de maïs et de patates sont les accompagnateurs des herbes qui s’emparent des murs des bâtiments dont la construction a été suspendue pour des raisons qui restent non identifiées.

L’insécurité qui règne dans ce marché abandonné à la merci de la nature est un investissement emprisonné qui ne demande qu’à  vivre et à remplir pleinement sa fonction économique pour le développement de la ville de Ngaoundéré et du quartier Nord-Cifan.