Dossier Tapis Rouge Abakar Manager, le prodige de la Culture

Abakar Manager, le prodige de la Culture

-

- Advertisment -

Véritable machine culturelle, producteur et promoteur, Abakar Manager s’est confié au micro de votre journal ChateauNews.

Dans quel état d’esprit se trouvent les artistes et comment, parviennent-ils à survivre dans ce contexte de crise sanitaire ?

Par rapport à cette situation sanitaire, les artistes mènent vraiment une vie très compliquée. Je veux dire très compliquée, parce que dans beaucoup de domaines, nous avons vu l’Etat mettre la main dans les caisses pour apporter son soutien, mais le pan artistique a été complètement oublié.

On a beaucoup entendu les pleures des artistes, mais les pouvoirs publics ont ignoreé ces cris d’alarmes. Je pense qu’il est urgent qu’on réfléchisse à la situation des artistes.

Et cela doit commencer par une mobilisation de tous les professionnels de ce secteur.

Quelle est la situation des artistes dans le Septentrion ?

Dans le Septentrion actuellement, les artistes qui peuvent survivre à cette pandémie sont obligés de faire des actions personnelles.

Ça peut ne pas être forcément dans le domaine de la Culture. Vous savez, l’artiste vie de la mobilisation et actuellement on ne peut pas mobiliser les gens et malheureusement on ne peut pas dire que les droits d’auteurs fonctionnent à merveilles et font profiter les musiciens puisque ça fait longtemps qu’il n’y a plus de droits d’auteurs qui font vivre l’artiste.

Les professionnels du grand Nord sont obligés de pratiquer une activité parallèle à la musique pour joindre les deux bouts. Parce que c’est de cela qu’il s’agit, survivre.

Qu’attendez-vous, des forces vives, du Ministère de la Culture ?

Je pourrai plaider pour les artistes auprès des autorités, des élites et des hommes de bonne volonté tous simplement en leur demandant de penser aussi à ce secteur-là.

Parce que, je me suis rendu compte qu’on a pensé à tous les secteurs au Cameroun excepté la musique. Si je peux pleurer au nom des artistes, ce qu’on essaye de mettre un œil, une oreille attentive à ce secteur.

Parce que c’est un secteur très important dans la vie. Comme tout le monde le sait, la musique adoucit les mœurs, vous comprenez donc qu’on ne pourra rien faire sans la musique.

Plus :   HAMASSAMBO Bello, Président CNJ Adamaoua

Si quelqu’un est en deuil, on utilise la musique, s’il y a une naissance quelque part, c’est à la musique qu’on fait recours.

Mais aujourd’hui nous somme dans cette situation sanitaire et la musique est carrément aux oubliettes.

Plus :   Présidentielle 2018 : Akéré Muna joue la carte de la transparence

Les élites, les autorités et les hommes de bonne volonté s’ils peuvent mettre une oreille attentive dans ce secteur là ça nous avantagerait et ça nous encouragerait.

Propos recueillis par Boubakary Moussa

blank
Boubakary Moussa
Boubakary Moussa, est un passionné de l’information qui s’est spécialisé dans les enquêtes et analyses. Jeune motivé à l’éthique avéré il est le correspondant de ChateauNews dans l’Adamaoua.

LES PLUS LUS

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you

×