À la Une Actualités Meiganga - Délestages sauvages : Le ouf de soulagement...

Meiganga – Délestages sauvages : Le ouf de soulagement des populations

-

- Advertisment -

Après de longs mois de supplice et d’incertitude, les habitants de Meiganga renouent progressivement avec la permanence de l’énergie électrique.

Il ne se passait plus de semaine ni de journée à Meiganga, sans interruption dans la fourniture électrique dans la capitale du département du Mbéré.

L’électricité qui s’en allait de façon inattendue mettait parfois des jours voire des semaines avant d’être rétablit.

L’excuse des poteaux défectueux brandie par le top management de l’agence ENEO de Meiganga était devenue banale et sur place, l’on n’y croyait plus vraiment.

Des populations mécontentes

La gravité de la situation était telle que plusieurs chefs d’agence de la structure chargée de la fourniture électrique se sont succédés sans que la situation ne s’améliore véritablement.

Plusieurs fois, la menace d’une grogne sociale s’est faite ressentir dans la ville de Meiganga, car des factures mensuelles étaient délivrées en dépit de l’absence d’énergie.

Pour les commerçants et les opérateurs économiques de la place, cela représentait un réel manque à gagner que même les mesures alternatives d’approvisionnement en électricité n’arrivaient pas à couvrir.

Une solution aux multiples délestages

Depuis quelques semaines cependant, la situation semble être revenue à la normale à la grande satisfaction de la population.

Dorénavant, les délestages sont maitrisés et contrôlés à Meiganga, selon un calendrier qui a été rendu public.

Trois jours par semaine (mardi, jeudi et samedi) d’interruptions de courant sont opérées dans le cadre des travaux d’entretien sur les lignes défectueuses et le remplacement des poteaux.

L’électricité est néanmoins rétablie en fin d’après-midi. Même si le calendrier des rationnements n’est pas scrupuleusement respecté, les populations s’accordent pour reconnaitre que comparé à un passé proche, il y a une nette amélioration.

Je peux à présent planifier mes activités sereinement en oubliant la psychose du délestage.

Affirme André, un employé de secrétariat.

Ahmadou, propriétaire d’une poissonnerie à Meiganga renchérit :

Au moins maintenant, on est informé des jours de délestage, ce qui permet de mieux se préparer.

Et un conducteur de moto de conclure avec un brin d’ironie :

Ils avaient intérêt à résoudre ce problème, sinon ils nous auraient senti passer.

Compte tenu des conséquences fâcheuses que ces délestages sauvages ont eu sur le quotidien des populations de Meiganga, le moins qu’on puisse souhaiter c’est une résolution définitive à brève échéance du problème.

Marcus Djouldé

blank
chateaunews.comhttps://chateaunews.com
La rédaction de www.chateaunews.com

LES PLUS LUS

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you

×