Dossier Tapis Rouge Boubakari Massardine : « Le PCRN est prêt et...

Boubakari Massardine : « Le PCRN est prêt et n’attend plus que la convocation du corps électoral »

-

Boubakari Massardine, Secrétaire Général National du PCRN répond aux questions de votre journal Chateau News au sujet des élections régionales qui font débat en ce moment au Cameroun.

Que pensez-vous des prochaines élections régionales ?

La modification de la constitution de 1972 par la loi constitutionnelle du 18 janvier 1996 consacre dans son titre premier, article 1 que le Cameroun est un État unitaire décentralisé. Le titre 10 de la même loi à son article 55 précise que la Région et la commune sont les deux Collectivités Territoriales de principe.

Nous constatons malheureusement sous le prétexte de la mise en place progressive des nouvelles institutions consacrées dans cette constitution 24 ans plus tard, que la Région n’est restée qu’une vue de l’esprit.

Ce, alors même qu’au regard des articles 55, 56 et 57 de la constitution, des lois de 2004 portant orientation de la décentralisation, celle de 2006 portant sur l’organisation de l’élection régionale, les deux de 2019 venues clarifier certaines dispositions des lois antérieures, que son effectivité aurait permis la reconfiguration managériale et administrative mettant l’administration à la disposition réelle et matérielle des populations.

Dès lors, la conséquence logique aurait consacré une plus grande considération des populations à décider de ce qui est bon pour elles de sorte qu’elles se chargent elles-mêmes de la réalisation de ce bien public, l’État central ne jouant que le rôle de garant de la souveraineté.

Sur la base des rumeurs, vous souhaitez qu’on parle de nos attentes pour les régionales, de ce que nous pensons de ces élections et du niveau de préparation de notre parti le PCRN.

Rappelons d’emblée que la position constante du parti relayée maintes fois par la voie la plus autorisée à savoir celle de l’honorable Cabral Libii, député de la nation, membre au bureau de l’Assemblée Nationale et président national du PCRN est que le PCRN ira à toutes les élections organisées.

Passée cette précision, nos attentes sont d’abord celles de passer de la fiction à la réalité avec la convocation effective des élections régionales par le Président de la République tel que le précise la loi.

Nous souhaitons aussi, pour éviter une nouvelle forfaiture, que les populations du Nord-Ouest et de Sud-Ouest accompagnent leurs Chefs traditionnels à la présence effective à cette élection car comme vous le savez, des 90 conseillers régionaux par région, 20 sont issus du commandement traditionnel et sont élus par leurs pairs.

C’est capital pour nous en ce sens que la Région permettra non seulement l’accélération de l’effectivité de la décentralisation, mais elle nous sert de terrain d’entraînement et de préparation pour la mise effective de l’État fédéral au Cameroun car, dans son essence même, le Cameroun est un État fédéral.

Les débats sur la forme du fédéralisme peuvent rester mais au PCRN, nous pensons, proposons, préconisons et sommes pour le fédéralisme communautaire.

Quelles sont vos attentes pour les prochaines élections régionales ?

De ce que nous pensons pour l’organisation des élections régionales, c’est tout d’abord les précisions sur le nombre de sièges alloués par arrondissement car vous savez bien que jusqu’à ce jour, le nombre total par région est connu.

Mais il règne un flou artistique sur ce qui va se passer concrètement dans un département comme celui de la Mefou et Akono qui n’a que 4 communes, 9 conseillers régionaux et du Nyong et Kelle qui a 10 communes pour 9 conseillers alors même que les textes prévoient au moins 01 représentant par commune.

Il faut donc que l’État travaille avec les populations dans les zones en crise pour garantir un minimum de sécurité et prendre toutes dispositions utiles pour régler ces préoccupations de manière claire et précise.

Les questions relatives à la qualité du code électoral qui viendrait diluer la crédibilité de cette élection nous semble de moindre importance en ce sens que c’est un scrutin de listes au vote semi direct et au corps électoral maîtrisé : il s’agit d’un côté des conseillers municipaux issus du double scrutin du 09 janvier 2020 et des Chefs traditionnels qui en principe savent ce qui est bien pour eux.

Il faut donc tout simplement l’organiser car ça fait longtemps qu’on attend, et qu’elle contribuera avec l’arrivée à des postes de décisions, de nouvelles personnes, à résoudre la crise anglophone notamment.

Comment votre parti, le PCRN, se prépare t’il pour aborder ces prochaines élections régionales ?

L’état d’esprit du PCRN est au beau fixe. Nous sommes prêts car c’est une élection qui devrait normalement avoir lieu depuis belle lurette.

Nous avons fini d’identifier où se trouvent nos chances de gagner. Le portrait robot des candidats est déjà arrêté car nous voulons avoir comme représentants dans cette institution, des personnes ayant non seulement une connaissance théorique et pratique des questions relatives à la décentralisation, mais aussi celles ayant une expérience dans la gestion des affaires publiques.

Nous voulons aussi privilégier les femmes dans notre casting car non seulement il y a une foultitude de ces compétences féminines au PCRN, mais cela contribue à rétablir l’équilibre avec le décalage observé dans nos exécutifs communaux.

D’autres détails d’ordre stratégiques existent mais ne sauraient être développées sur la place publique avant le temps. Bref, le PCRN est prêt et n’attend plus que la convocation du corps électoral.

Propos recueillis par Boubakary Moussa

Boubakary Moussa
Boubakary Moussa, est un passionné de l’information qui s’est spécialisé dans les enquêtes et analyses. Jeune motivé à l’éthique avéré il est le correspondant de ChateauNews dans l’Adamaoua.
- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you

×