Dossier Tapis Rouge Cameroun : Maladies cardio-vasculaires et hygiène bucco-dentaire, entretien avec...

Cameroun : Maladies cardio-vasculaires et hygiène bucco-dentaire, entretien avec le Lieutenant-Colonel Samen Sileu Chimène, médecin cardiologue, sur la campagne de dépistage

-

- Advertisment -

Depuis le 15 octobre 2020, le Lieutenant-Colonel Samen Sileu Chimène, Chef du secteur terrestre numéro 5, Médecin cardiologue diplômée de la faculté de médecine et de pharmacie de Rabat au Maroc depuis 2014, pilote une campagne de promotion liée à l’hygiène bucco-dentaire et à la lutte contre les maladies cardio-vasculaires à l’hôpital militaire de Ngaoundéré sise au camp CIFAN.

Cette campagne s’achève le 15 novembre 2020. Le médecin Chef de la garnison militaire apporte des éclairages sur cette campagne de dépistage a mis parcours, sur votre journal CHATEAUNEWS.

Campagne de dépistage des maladies bucco-dentaires et cardio-vasculaires, de quoi s’agit-il ?

Cette campagne découle du concept « armée et nation ». Et bien, l’armée a toujours été une structure du pays toujours au service des populations, au service de la nation.

Donc, les services de santé sont des points par excellence de promotion de ce concept là. Ces services sont offerts au personnel en tenues mais aussi aux populations riveraines et aux civils qui habitent dans les environs.

Nous avons souhaité que les populations de Ngaoundéré et de ses environs puissent en bénéficier. Ce sont des services de qualité mis à la disposition des patients, mais, qui malheureusement nous avons constaté, sont peu utilisés et très peu sollicités dans la Région de l’Adamaoua.

Quel est le but d’une telle campagne ?

Du 15 octobre au 15 novembre 2020, nous avons entrepris d’ouvrir largement les portes de notre centre médical aux populations environnantes dans le but premièrement de les aider un temps soit peu à venir à bout des pathologies bucco-dentaires et dans un second volet, des maladies cardio-vasculaires.

Cette année a été une année très éprouvante sur le point sanitaire dans notre pays avec la pandémie du Covid-19 qui a fait des ravages dans tout le pays y compris dans l’Adamaoua.

Les populations ont été un peu réticentes à fréquenter les hôpitaux mais maintenant que l’année tire vers sa fin, nous avons décidé de saisir l’opportunité et de les aider à aborder sérieusement la pandémie du coronavirus en espérant qu’il n’y ait pas une deuxième vague comme cela s’annonce un peu de partout.

Quels sont les types de soins offerts sur la santé dentaire ?

Nous avons une offre de services qui est classique au niveau de la prise en charge. Au niveau des dents, nous avons des soins habituels de tartrages, de santé et d’hygiène et des extractions, des poses de plomb et même le service de prothèse qui va ouvrir bientôt.

Quelles sont les causes des pathologies dentaires ?

Ces pathologies sont assez fréquentes dans nos populations. Serait-ce à cause des habitudes alimentaires ? Ou serait-ce à cause de l’absence d’hygiène bucco-dentaire ?

Que pouvez-vous dire des soins indigènes et traditionnels bucco-dentaires ?

Dans tous les cas, les services de la médecine bucco-dentaires traditionnels sont assez utilisés mais nous avons souhaité que les populations prennent aussi en compte ce que l’autre médecine nous a appris, ce que nous avons appris à l’école pour pouvoir nous en sortir à ce niveau là.

Quelles sont les conséquences des maux dentaires ?

Les complications dentaires peuvent être très gênantes et invalidantes. Non seulement ce sont le facteur d’absence au travail, mais ce sont aussi des portes d’infections très graves qui parfois peuvent emporter la vie quand on ne sait pas s’y prendre à temps et correctement.

Comment se manifestent les pathologies cardio-vasculaires ?

Le domaine cardio-vasculaire est un domaine qui, je pense, n’est pas suffisamment connu ni facilement appréhender. C’est très facile de savoir que quand j’ai mal à la poitrine, peut-être que mon cœur est souffrant.

Mais il y a beaucoup de signes que nous avons et qui passent inaperçus. Nous allons commencer par les statistiques. C’est à peu près 30% de la population du Cameroun qui souffre ou qui va souffrir de maladies cardio-vasculaires.

Les signes les plus fréquents sont les oedèmes des membres inférieurs, des pieds qui gonflent. On peut trouver cette douleur dans la poitrine. Souvent, chez le diabétique, ces douleurs peuvent être inaperçues et se détectent par des battements de cœur qui sont trop forts et très rapides qu’on appelle les palpitations.

Nous avons un grand signe qui est l’essoufflement à l’effort ou même parfois au repos. On peut se rendre compte chez une personne avec un sceau d’eau qu’elle a de la peine à marcher ou qu’elle a des difficultés à monter l’escalier.

Donc ce problème respiratoire qu’on appelle la disciplinée d’efforts est un signe qui peu être pulmonaire ou général mais souvent il est d’origine cardiaque.

Qui peut être malade cardiaque et quel est la catégorie de cible visée ?

Nous invitons les populations à faire ce petit bilan, ces petites consultations pour ainsi connaître leur état et aussi améliorer leur santé publique.

On a souvent tendance à croire que les problèmes de coeur sont une maladie des vieux, une maladie des bourgeois, une maladie d’une certaine catégorie de personnes.

Mais non, car nous avons les problèmes cardiaques à touts les âges de la vie dès la conception, à la naissance et ce, jusqu’à la fin de la vie.

Il y a les pathologies cardiaques de l’enfant qui sont en général congénitales, et se développent chez l’enfant qui relèvent de la cardiologie congénitale.

Nous avons les pathologies chez l’adolescent, celles du jeune-adulte, de l’adulte et du sénior. La cardiologie est une discipline qui accompagne les personnes tout au long de leur vie.

Quel message pour les populations de Ngaoundéré et ses environs ?

Cela fait trois mois que je suis à Ngaoundéré, et j’invite les populations à venir massivement à cette campagne de dépistage. Car, je souhaiterais permettre, et aider à ce que le niveau de prise en charge des maladies cardio-vasculaires et bucco-dentaires puissent vraiment s’améliorer dans la Région de l’Adamaoua et je serais vraiment satisfaite d’avoir accompli la mission que le haut commandement m’a confié en m’affectant dans cette région.

Propos recueillis par Glasse Nyangono

blank
Glasse Nyangonohttps://chateaunews.com
Estelle Glasse NYANGONO est une grande passionnée du journalisme et de la communication. Encrée dans le respect de l'éthique déontologique, de la vie et de la morale humaine, elle est une jeune dame dynamique et travailleuse. Titulaire d'un Master 2 en Littérature Africaine, c'est une spécialiste en analyse du discours littéraire. Elle travaille en tant que journaliste pour ChateauNews.

LES PLUS LUS

Dernières informations

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you