À la Une Actualités Cameroun : Une semaine sans lumière dans un quartier...

Cameroun : Une semaine sans lumière dans un quartier de Ngaoundéré

-

- Advertisment -

A Rep Yanga, la coupure de l’énergie depuis plus d’une semaine après que l’unique transformateur qui alimente le quartier soit consumé, risque de tourner en heurts.

Le cri de détresse de cette vendeuse de légumes au marché de Rep Yanga est loin d’être un cas isolé.

Dans ce coin reculé de la ville de Ngaoundéré, tous ses habitants crient au scandale face à l’absence prolongé de l’énergie électrique. Depuis une semaine, les populations de cette banlieue de la commune de Ngaoundéré 2ème vivent dans le noir.

Ça fait une semaine qu’on est privé de l’électricité ici à Rep Yanga. Toutes les activités sont à l’arrêt. Au dernier jour, cela venait à compte goûte et après 30 minutes cela a définitivement lâché. Beaucoup ont perdu leur télé et certains ont vu leur frigo partir en fumé. Et jusqu’à ce jour, la lumière n’est pas revenue. Et on ne sait pas pourquoi.

Taxe Issa, président du comité de développement du quartier. Comme ce dernier, nombre d’habitant ne mâche plus leur mot et affiche ouvertement leur ras-le-bol. Dans le quartier, l’heure n’est plus à la patience, la tension est montée d’un cran. C’est le cas de Hamadou, un tailleur, qui n’est pas de ceux qui disent ce qu’on souhaite entendre.

Le quartier est sur répondeur. Rien ne fonctionne réellement. La machine à coudre ne travaille plus. Et nous sommes dans un quartier reculé, il y a l’obscurité, les agressions.

Se révolte t-il. Des sources proches du dossier, la coupure d’électricité serait causée par le fait que le transformateur qui alimente le quartier ait été emporté par un court-circuit.

Nous sommes allés à l’agence ENEO, on nous a demandé de patienter, qu’ils n’ont plus de transformateur. Et qu’ils devraient contacter Douala pour trouver un nouveau.

Confie Souleymane, le chef du quartier. Conséquences, la vie devient de plus en plus compliquée. Les résidents de la localité se trouvent du jour au lendemain désarmés face à la monté en puissance des cas d’agressions qui ont pris de l’ampleur.

Selon les avis recueillis sur place, les habitants croient dur comme fer que la société ENEO prend un malin plaisir à faire durer le délestage. Malgré plusieurs démarches entreprises pour faire venir les agents afin de réparer l’appareil endommagé, toutes leur tentatives sont restées lettre morte.

Parfaitement informée de la situation, l’agence régionale d’ENEO Adamaoua continue de faire la sourde oreille et ne semble pas préoccupée par le sort de cette partie de la ville. Le laxisme exaspéré de la société d’énergie est devenue une source de frustrations qui empoisonne le quotidien des Rep-Yangais.

Comme on le voit, les populations sont révoltées, mais espèrent briser le rouleau compresseur en brandissant la menace, de saisir les instances supérieures. Comme quoi la patience est une vertue qui a des limites.

blank
Boubakary Moussa
Boubakary Moussa, est un passionné de l’information qui s’est spécialisé dans les enquêtes et analyses. Jeune motivé à l’éthique avéré il est le correspondant de ChateauNews dans l’Adamaoua.

LES PLUS LUS

Dernières informations

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you