À la Une Actualités Ngaoundéré - Saisie des produits prohibés par la Douane...

Ngaoundéré – Saisie des produits prohibés par la Douane : Le grand dilemme

Résultat d’une investigation coordonnée des services de sécurité de la région, la destruction des produits de la contrebande, fait face au dysfonctionnement mettant en cause le flou total qui règne dans le respect des normes environnementales en matière de leur destruction.

-

- Advertisment -

Le gratin politico administratif de Ngaoundéré s’est donné rendez-vous au secteur des douanes de l’Adamaoua pour constater une saisie des produits prohibés et contrefaits par les services de la douane de la gare ferroviaire de Ngaoundéré.

Selon le décompte fait par Jicie Landry Hervé, auteur de la saisi de ces produis de contrebande non estampillés, plus d’une tonne de produits pharmaceutiques qui se chiffrent à des dizaines des millions de F CFA ont été abandonnés par leur propriétaire qui ont pris la clé des champs.

produits saisis
Crédit photo: chateaunews.com

Véritable cancer qui tue à petit feu l’économie locale, les produits de la contrebande inondent les marchés de la ville de Ngaoundéré et paralysent l’activité des pharmaciens de la région.

« Beaucoup de pharmacie dans la région ont fermé parce qu’ils n’arrivaient plus à vendre à cause. Le manque à gagner est très élevé et très important. Les chiffres au niveau nationale indiquent une perte de plus de 4 milliards de FCFA de manque à gagner »,

confie le président de l’ordre des pharmaciens locaux.

D’après la procédure en vigueur en matière de confiscation et de destruction des produits impropres à la consommation, il revient au président de tribunal de première instance du lieu de saisie des produits de rendre un ordonnance de confiscation et de destruction des dits produits.

« Il appartient ensuite au comité régional de destruction des produits impropres à la consommation de procéder à la destruction à travers une entreprise agréé par les services environnementaux »,

confie Jicie Hervé, douanier.

A ce jour, la région de l’Adamaoua ne dispose pas d’une structure capable de détruire ces produits en respectant les normes en vigueur.

« La commission fait généralement appel à Hysacam qui est une société de collecte et de traitement des déchets ménagers. Les médicaments, les produits phytosanitaires, les plastiques et autres produits pharmaceutiques saisis sont confiés à cette entreprise pour leur destruction. Ce qui est en violation des règles en matière environnementales qui ne sont pas respecté par cette société »,

s’indigne un responsable de la société civile.

Ces produits d’origine douteuses et non homologués par les services compétents sont donc entrés dans les mailles de filet à la grande satisfaction de l’ordre des pharmaciens qui crient victoire. Considérée comme un point névralgique du territoire national, situé à la lisière de la partie méridionale et septentrionale, partageant une longue et poreuse frontière avec le Tchad, la République Centrafricaine et surtout le Nigéria, l’Adamaoua fait face à un grand défis de contrôle et de surveillance de marchandises qui y circulent.

blank
Boubakary Moussa
Boubakary Moussa, est un passionné de l’information qui s’est spécialisé dans les enquêtes et analyses. Jeune motivé à l’éthique avéré il est le correspondant de ChateauNews dans l’Adamaoua.

Les Plus Lus

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you