Affrontements entre la Police et les conducteurs de moto-taxi à Ngaoundéré
Crédit photo : chateaunews.com
NEWSLETTER

Français     English

Partager/Share
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après la rétrocession de manière unilatérale par le maire de la ville de Ngaoundéré, des motos saisies par les forces de Police à leurs ayants droits, le Gouverneur décide de lancer une opération de récupération desdits véhicules. Résultats de course, plusieurs motos arrêtées d’où la colère des conducteurs des engins à deux roues.

C’est une scène d’une rare violence qui a lieue ce lundi 16 mars à l’esplanade du Commissariat Central de la Délégation Régionale de la Sûreté Nationale pour l’Adamaoua. Face à l’attroupement des conducteurs de moto-taxi venus réclamer leur moto et la libération de leurs camarades arrêtés dans la nuit du dimanche 15 mars à lundi, la Police s’est employée à tirer des coups de feu en l’air pour disperser la foule. Pour répondre à la manifestation qui a gagnée plusieurs carrefours de la ville de Ngaoundéré, les forces de l’ordre ont usé de gaz lacrymogènes pour disperser les moto taximen.

Tout est parti de la décision unilatérale du nouveau maire de la ville de Ngaoundéré de rendre à leur propriétaire, les motos garées à la fourrière de la communauté urbaine qui ont été saisies dans le cadre du non-respect de la mesure d’interdiction de circulation de moto entre 20h et 6h du matin, instaurée par le gouverneur. Ayant été mis au parfum du geste du premier magistrat de la ville, le gouverneur de l’Adamaoua entouré par son état-major va conduire une opération pour récupérer les motos rétrocédées. Bilan de cette sortie musclée, une centaine de motos saisies et des conducteurs réfractaires arrêtés et jetés en cellule.

> Voir la VIDEO de la scène de manifestations en cliquant ici

C’est plein de colère qu’ils ont envahis et assiégés ce matin les locaux de la Police exigeant la rétrocession de leurs motos et la libération de leurs camarades arrêtés. Le centre-ville, théâtre des affrontements entre les forces de l’ordre et les manifestants est sous forte mobilisation policière. Plusieurs coups de feux sont tirés en l’air et une utilisation importante de gaz lacrymogène est faite par la Police. Le Préfet de la Vina et les sous-préfets des deux arrondissements du périmètre urbain sont descendus sur les lieux.

On ne s’en prend pas impunément aux symboles de l’Etat, ce n’est pas acceptable, nous allons remettre de l’ordre et force doit revenir à la loi,

Fritz Dikosso Seme, Préfet de la Vina
>  Automobile: bientôt une usine d’assemblage à Kribi

VIENT DE PARAÎTRE


journal chateaunews

EN KIOSQUE (NOUVEAU)

Lisez et TELECHARGEZ le numéro 49 de votre Journal CHATEAUNEWS édition digitale.

Le Cameroun dans tous ses états avec la pandémie de coronavirus COVID-19 qui sévit actuellement dans tout le pays...

JE TELECHARGE

VOIR TOUTES LES ÉDITIONS