hopital Mokolo
Crédit photo: alima-ngo.org
NEWSLETTER

Français     English

Share this

L’annonce de l’arrêté du Ministre de la Santé Publique qui transforme le District de santé de Mokolo en hôpital régional annexe est sujet à discussions sur plusieurs forum.

Ville de plus de 300 000 âmes, Mokolo est la 4ème ville à se doter d’un hôpital Régional après Maroua, Yagoua et Kousseri dans l’Extrême-Nord.

L’hôpital de District de Mokolo est aujourd’hui à un stade critique. Ce centre hospitalier est débordé par l’afflux massif des malades parmi les déplacés qui fuient les exactions des terroristes Boko Haram.

« De nombreux enfants malnutris ou gravement malades sont chaque jour admis dans l’hôpital de District de Mokolo. Près de 4 500 enfants malnutris ont été pris en charge. Le plus grand problème au quel nous faisons face est la malnutrition des nombreux déplacés qui ont fuis les exactions de Boko Haram »,

révèle un cadre de l’hôpital.

Lors d’une visite de travail dans le chef lieu du département du Mayo-Tsanaga, le patron de la Santé Publique avait touché du doigt les réalités auxquelles font face le personnel de cet hôpital. Dépourvu en plateau technique adapté aux contextes d’insécurité, insuffisance du personnel qualifié et l’étroitesse des locaux de l’hôpital sont quelques clichés que renvoient le plus grand hôpital public du département. Un hôpital qui ne dispose pas de radiographie. Manaouda Malachie avait remis un 4×4 tout terrain à l’hôpital.

Sur une plate forme de discussion, un habitant n’hésite pas à qualifier cette transformation comme de la poudre aux yeux.

« Ce ne sont pas les arrêtés qui feront les soins, c’est la qualité de service partant d’un personnel conscient de sa tache et de leur mission. On peut même l’appeler hôpital général annexe. Si le plateau technique ne suit pas, c’est du n’importe quoi »,

s’insurge Abakar Mahamat. Un avis qui est loin de faire l’unanimité.

« Avec la transformation de cet hôpital, il y aura forcement une extension des équipements adéquats, des plateaux techniques conséquents et des personnels qualifiés »,

rappelle Baiva Yatahad.

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

88 − = 80